L’influence du sel sur l’eczéma : quels aliments contiennent du sel ?
8 août 2017
Recette de yaourts pour l’allergie aux protéines de lait
22 août 2017
Tout voir

Choix du transport en voyage avec de l’asthme

Choix du transport en voyage avec de l’asthme

La préparation d’un voyage à l’étranger est primordiale pour le bien-être des patients atopique. Voici nos différents conseils, pour bien être informé des différents problèmes que peuvent poser le choix du transport en voyage avec de l’asthme.

Comment bien choisir son transport en voyage avec de l’asthme ?

Dans les transports durant le voyage avec de l’asthme, prenez garde aux bouches de ventilation. Ainsi qu’aux changements brutaux de température lorsque l’air est climatisé. L’air sec et froid est un déclencheur de crises d’asthme. Emportez une écharpe ou un foulard pour vous protéger. Habillez-vous avec plusieurs couches de vêtements pour vous dévêtir facilement suivant la température. La chaleur augmentant les démangeaisons.

Les voyages en avion avec de l’asthme

En avion, durant un voyage avec de l’asthme, fermez les bouches de ventilations orientables. Les voyages en avion (cabine pressurisée) ne présentent généralement pas de risque chez les asthmatiques bien contrôlés. Gardez vos traitements avec vous en cabine. En particulier le bronchodilatateur d’action rapide, qui doit rester à portée de main en cas de crise.

De plus, les aérosols-doseurs ne peuvent être entreposés en soute, la dépressurisation les vidant. En revanche, il faut éviter de prendre l’avion juste après une crise d’asthme sévère ou si votre asthme n’est pas bien contrôlé. Car l’accès aux soins y sera plus difficile.

La cabine pressurisée peut entraîner une sécheresse de la peau. Pensez à bien l’hydrater et à boire régulièrement de l’eau.

Les voyages en voiture avec de l’asthme

En voiture, n’abusez pas de la climatisation. Dans les villes polluées, évitez d’ouvrir en grand les fenêtres du véhicule à cause de la poussière et des gaz d’échappement.

À l’intérieur, veillez à ce que le véhicule soit régulièrement dépoussiéré. L’habitacle de certaines automobiles peut constituer un véritable réservoir d’allergènes (acariens, pollens, poils d’animaux, etc.). Ou concentrer certains irritants respiratoires (fumée de cigarette, polluants extérieurs pénétrant par le système de ventilation, désodorisants, etc.).

Pour éviter d’aggraver votre asthme :

  • demandez à vos proches de ne pas fumer dans la voiture ;
  • évitez de rouler fenêtres ouvertes si vous êtes en zone de circulation intense ;
  • utilisez si possible un système de climatisation couplé à un filtre à air (en particulier pour les pollens si vous y êtes allergique) ;
  • supprimez toutes les sources potentielles d’irritants respiratoires.

Attention : Ne laissez jamais vos traitements en aérosol-doseur exposés au soleil sur la plage arrière de la voiture ou dans le coffre, la chaleur risquant de les faire exploser.

Les voyages en train avec de l’asthme

En train, attention aux animaux, au tabac (dans les pays où fumer dans les trains est encore autorisé) et aux ventilations sous les fenêtres.

Stéphanie Merhand
Stéphanie Merhand
Fondatrice de l'Association Française d'eczéma.

Comments are closed.

Rejoignez-nous !

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières nouvelles.

Vous vous êtes enregistré avec succès !