La dermatite atopique
Les démangeaisons lorsque l'on souffre de dermatite atopique

L’eczéma atopique (ou dermatite atopique) est une maladie inflammatoire de la peau caractérisée par une sécheresse cutanée et des lésions inflammatoires rouges possédant à la surface de petites vésicules. La dermatite atopique est une maladie chronique non-contagieuse, elle évolue par poussées, pouvant entraîner des démangeaisons intenses, des troubles du sommeil et une mauvaise qualité de vie.

L’eczéma atopique lié à une prédisposition génétique, survient pendant la petite enfance pour s’améliorer voire disparaître avant l’âge adulte. On estime que 10 à 15%* des nourrissons en sont atteints.

Les causes

Les causes de la dermatite atopique sont génétiques et immunologiques. La prédisposition génétique est à l’origine de la sécheresse de la peau. Le terrain allergique, appelé atopie, favorise une hypersensibilité, du porteur d’eczéma, aux allergènes présents dans son environnement. Ils peuvent être apportés par l’air : acariens, poils d’animaux, pollens et/ou par l’alimentation : arachide, lait de vache, oeuf…

Cependant on ne peut pas dire que la dermatite atopique soit causée par un allergène précis.

La peau sèche, inflammatoire, ne joue plus son rôle de barrière et devient perméable aux allergènes. De plus, le stress est un facteur aggravant de l’eczéma.

Les symptômes

En cas de dermatite atopique, les lésions forment des plaques rouges (érythémateuses) en relief, modelées par un peu de gonflement (œdème), mal délimitées. Ces plaques sont recouvertes de petites vésicules peu visibles car rapidement rompues par le frottement. Elles se situent principalement sur le visage, le cou et aux plis des bras et des jambes. Négligées, elles évoluent vers le suintement et la formation de croûtes.

Le grattage entraîne des excoriations, la peau est griffée. L’inflammation chronique est à l’origine d’une peau épaissie, on dit qu’elle se lichénifie.

Le traitement de fond

Le traitement de fond de la dermatite atopique s’adresse à toute l’étendue de la peau :

  • Hydratation et nettoyage doux sans savon détergent.
  • Traitement local, dit topique, quotidien avec des émollients/hydratants, pour graisser la peau encore humide après la douche. C’est l’aspect le plus important du traitement puisqu’il va restaurer la barrière cutanée et s’opposer à la pénétration des allergènes à l’origine de l’eczéma.
  • Conseils d’hygiène concernant les cosmétiques, les irritants, la chaleur et le tabagisme passif.

Le traitement de l’inflammation

  • Les dermocorticoïdes sur les lésions rouges qui grattent (prurigineuses). Chez le nourrisson avant l’âge de 2 ans, seuls les dermocorticoïdes sont autorisés. Ensuite, d’autres produits peuvent être utilisés après avis médical (Tacrolimus).
  • Le médecin doit parfois prescrire des traitements systémiques par voie orale : eczémas sévères, eczémas résistants aux thérapies locales de première et deuxième intention. L’efficacité et la tolérance des traitements oraux sont très variables, et prouvées par un nombre plus ou moins grand d’études scientifiques. Dans tous les cas, le traitement local est conservé et optimisé. Dans le cas des eczémas surinfectés, un traitement oral à base d’antibiotiques ou d’antiviraux peut être temporairement prescrit.
  • Cures thermales.