Crème à cortisone pour soigner la dermatite atopique
Crème à cortisone pour soigner la dermatite atopique
15 janvier 2017
Comprendre les démangeaisons dans la dermatite atopique
Comprendre les démangeaisons dans la dermatite atopique
24 janvier 2017
Tout voir

Les mécanismes du prurit

les mécanismes du prurit

les mécanismes du prurit

Les démangeaisons sont très importantes dans la dermatite atopique. Le Pr Misery du Chu de Brest, nous explique les mécanismes du prurit.

Il faut bien comprendre que les mécanismes du prurit, cette démangeaison est une sensation et que sa perception n’est possible que grâce au système nerveux. Il existe même des cas où le prurit n’est pas du à des maladies de la peau comme la dermatite atopique mais à des maladies du système nerveux : c’est le prurit neuropathique.

                Dans la peau (derme et épiderme), il existe un fin et dense réseau de terminaisons nerveuses, qui sont autant de capteurs permettant l’un de nos 5 sens : le toucher. Ces terminaisons nerveuses appartiennent à des neurones qui ont leur corps cellulaires près de la moëlle épinière et dont l’assemblage constitue les nerfs sensitifs. Il y a ensuite un deuxième neurone qui conduit l’information tout le long de la moëlle épinière (qui est située au milieu des vertèbres qui la protègent) jusqu’au cerveau.

            Comment fonctionnent les mécanismes du prurit   ?

                Dans le cerveau, de  nombreuses aires sont ensuite activées. En effet, la perception du prurit n’est pas seulement liée à l’activation des aires sensorielles et il y a aussi activation des aires motrices (c’est le besoin de se gratter, qu’il y ait grattage ou non) et des aires cognitives,  affectives et émotionnelles.

                Cette dernière part n’est pas négligeable. C’est pour cela que le prurit est vécu comme plus important la nuit ou quand nous sommes plus déprimés, anxieux ou stressés. C’est aussi pour cela qu’être occupé diminue la perception de la sensation ou pour cela que des traitements réels ou supposés auront des effets augmentés (effet placebo) ou négatifs (effet nocebo) selon l’idée que l’on s’en fait.

                A tous les niveaux, depuis la peau jusqu’au cerveau, il existe un « contrôle de porte », c’est-à-dire un filtre qui fait qu’heureusement nous percevons moins le prurit que nous le devrions. Mais ce filtre peut être moins efficace en cas de dépression ou de stress.

                La transmission de la sensation depuis la peau jusqu’au cerveau se fait grâce à des phénomènes électriques (l’influx nerveux) mais aussi chimiques. Les principaux médiateurs chimiques responsables du prurit sont l’histamine et les protéases, avec des médiateurs secondaires qui peuvent être des neuromédiateurs ou des cytokines.

Stéphanie Merhand
Stéphanie Merhand
Fondatrice de l'Association Française d'eczéma.

Comments are closed.