Technique d'habillage
Technique d’habillage comme soin dermocorticoïde
11 avril 2017
Soin de la peau des enfants atteints d’eczéma
Soin de la peau des enfants atteints d’eczéma
18 avril 2017
Tout voir

Allergie alimentaire

allergie alimentaire

allergie alimentaire

L’allergie alimentaire concerne beaucoup d’enfants atopiques. Plus rarement, il peut y avoir une aggravation de l’eczéma.

Comment différencier l’allergie alimentaire de l’intolérance alimentaire ?

Une allergie alimentaire est une réaction anormale du système immunitaire qui reconnait un aliment comme un « ennemi ». En cas d’intolérance, le système immunitaire n’entre pas en jeu, c’est la digestion de cet aliment qui est difficile. L’intolérance (au lactose, au gluten…) est courante et peut-être gênante (mal au ventre, indigestion…).

 

Comment diagnostiquer une allergie alimentaire ?

Pour diagnostiquer une allergie alimentaire, il est important de consulter un allergologue, il est le plus à même de réaliser un test percutané. Sur l’avant-bras de l’enfant, il dépose des gouttes de différents allergènes (noix, fraise, crevette,  céleri…) puis pique légèrement avec une petite aiguille. C’est le prick-test.  Il peut aussi être réalisé avec les aliments tels quels. Après une vingtaine de minutes, l’allergologue observe si la zone autour de la piqûre a gonflé. Si oui, votre enfant est sensibilisé à cet allergène et il faut poursuivre les explorations (prises de sang, voire réintroduction de l’aliment en milieu hospitalier).

 

Quels sont les traitements pour les personnes atteintes d’allergie alimentaire ?

– En cas de réaction allergique alimentaire, votre médecin peut prescrire à votre enfant des antihistaminiques pour soulager les symptômes.

– Si la réaction est importante (œdème de Quincke, choc anaphylactique), il faut immédiatement faire le traitement adapté si on l’a à disposition et  appeler le SAMU.

Dès que possible, il faut faire une injection d‘adrénaline qui est le traitement de base.  Des antihistaminiques et des corticostéroïdes pourront être associés.

– La désensibilisation n’est pratiquée que dans des protocoles au sein de services spécialisés. Le plus souvent, la solution est de ne plus consommer l’aliment en cause. Il faut penser aussi à bien vérifier la composition des plats tout prêts et gâteaux achetés en magasin car parfois l’aliment allergisant peut y être présent sous forme de traces (ex : fruits à coques, lupin…). Maintenant, il existe un étiquetage spécifique des allergènes possibles dans chaque produit.

Sachez que lorsque votre enfant entre en crèche ou à l’école, il est possible de mettre en place un Projet d’Accueil Individualisé (PAI). Il peut être envisagé très tôt chez l’enfant atopique, notamment en cas d’allergies alimentaires associées. Pour cela, un document sera élaboré à la demande de la famille de l’enfant sujet aux allergies, par le directeur de la crèche et le médecin de la structure à partir des informations données par la famille et le médecin traitant. Ainsi, le jeune patient pourra bénéficier de repas adaptés. Un  PAI peut aussi être mis en place durant la scolarité de l’enfant.

 

Découvrez notre websérie – La minute de l’eczéma – Vivre avec une intolérance alimentaire – avec la participation de Sibylle Audolant Auteur de Z’oeufs peux pas !

Stéphanie Merhand
Stéphanie Merhand
Fondatrice de l'Association Française d'eczéma.

Comments are closed.