staphylocoque
Staphylocoque, qu’est ce que c’est ? On vous explique !
15 juin 2018
Eczéma et épilation
Eczéma et épilation : se débarrasser de ses poils et respecter sa peau !
26 juin 2018
Tout voir

Les traitements systémiques pour soulager l’Eczéma

Les traitements systémiques pour soulager l'eczéma

Les traitements systémiques pour soulager l’eczéma ? De quoi s’agit-il ? Florence Leandro, docteur en pharmacie à Marseille nous explique.

En attendant la sortie de nouveaux traitements pour soigner l’eczéma, nous vous proposons de faire le point sur les différents traitements systémiques déjà existants dans cette pathologie. ils sont notamment prescrits en cas d’échec des traitements locaux à base de dermocorticoïdes, mais ceux-ci peuvent être maintenus en complément du traitement systémique. quant aux émollients, ils sont restent indispensables pour corriger la xérose (sécheresse cutanée).

• La ciclosporine (Néoral*) est un immunosuppresseur puissant indiqué chez le patient greffé pour limiter le rejet du greffon. elle s’utilise aussi dans la dermatite atopique chez l’adulte (avec une autorisation de mise sur le marché dédiée) et parfois chez le grand enfant (hors autorisation de mise sur le marché). les doses prescrites sont en général très inférieures à celles nécessaires aux patients greffés, et le traitement sera limité dans le temps (quelques mois voire 1 à 2 ans), le plus souvent pour passer un « cap » inflammatoire. remarque : d’autres immunosuppresseurs sont parfois utilisés dans l’eczéma, le plus souvent hors autorisation de mise sur le marché. il s’agit principalement du méthotrexate (imeth*, metoject*…), voire du mycophénolate mofétil (cellcept*) et de l’azathioprine (Imurel*).

L’alitrétinoine (Toctino*) est un rétinoïde indiqué dans l’eczéma chronique des mains de l’adulte en raison de ses propriétés anti-inflammatoires et immunomodulatrices. attention, ce traitement est incompatible avec une grossesse.

• D’autres traitements peuvent être prescrits de façon ponctuelle : des anti-infectieux
(antibiotiques en cas de surinfection bactérienne, antiviraux en cas de co-infection avec le virus de l’herpès…) ou des antihistaminiques (notamment en cas de symptômes allergiques associés à l’eczéma : rhinite, conjonctivite…). les corticoïdes par voie générale (voie orale ou voie injectable) sont encore parfois utilisés : à éviter au maximum, car cela peut conduire à un rebond de la crise d’eczéma !

• La photothérapie est un traitement à la frontière entre la voie locale et la voie systémique, et régulièrement utilisée en cas d’eczéma. C’est au départ une technique utilisée de façon empirique, en se basant sur l’amélioration cutanée, parfois spectaculaire, des patients atteints de dermatite atopique suite à des expositions solaires et pendant la saison estivale. les séances ont souvent lieu à l’hôpital, plusieurs fois par semaine pendant plusieurs mois.

Nous tenons à vous rappeler que :

  • Chaque patient est différent. C’est pourquoi un médicament peut fonctionner chez un patient et pas chez l’autre. De même, ce n’est pas parce qu’un dermatologue décide de ne pas prescrire tel médicament qu’il n’est pas compétent ! Là encore, tout dépend du patient, de son état de santé, de son âge, de l’état de sa peau, ou encore des traitements précédents.
  • Les médicaments cités ne sont pas dénués d’effets indésirables et d’interactions médicamenteuses. Inutile de consulter à outrance les notices et internet, votre médecin et votre pharmacien sauront vous orienter et insisteront sur les principaux points de vigilance. En revanche, en cas de changement de médecin, pensez à la prévenir de l’existence du traitement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.