Pratiquer la natation avec de l’eczéma
Pratiquer la natation avec de l’eczéma
28 novembre 2017
Les traitements de l’eczéma de contact
Les traitements de l’eczéma de contact
12 décembre 2017
Tout voir

Les différents types eczémas de contact

Les différents types eczémas de contact

Qu’est-ce que l’eczéma de contact ?

L’eczéma est une inflammation cutanée correspondant à une association de symptômes  mêlant démangeaisons, rougeurs, vésicules, suintements et croûtes. L’eczéma de contact est la deuxième grande cause d’eczéma avec la dermatite atopique. Nous verrons ici quels sont les différents types eczémas de contact. Comment les identifier, grâce à Julia Crochet (Inserm), et le Dr Audrey Nosbaum (Chu Lyon).

L’eczéma de contact est une maladie très fréquente, touchant environ 15-20% des européens. Avec une nette prédominance chez la femme. L’eczéma de contact représente 4 à 7% des motifs de consultation en dermatologie. Il s’agit aussi de la troisième pathologie professionnelle après les pathologies psychiatriques et musculo-squelettiques. L’eczéma de contact est initié par le contact de la peau avec une substance chimique de l’environnement, comme les métaux, les parfums, les conservateurs. Il existe différents types d’eczémas de contact pouvant avoir une évolution clinique aiguë, subaiguë, ou chronique et peut être d’origine irritative ou allergique.

 

Mécanismes des types eczémas de contact : irritation et/ou allergie

Il existe deux mécanismes physiopathologiques à l’origine des lésions d’eczéma de contact. Ils diffèrent dans les étapes d’initiation de l’inflammation cutanée :

  • Les eczémas de contact irritatifs (ECI) : dû à la toxicité directe des agents chimiques sur les cellules cutanées, appelées kératinocytes. Ces agents induisent une inflammation par activation de l’immunité innée.
  • Les eczémas de contact allergique (ECA) : correspondent à une hypersensibilité retardée, mettant en jeu l’immunité adaptative. Ils comprennent une phase de sensibilisation, cliniquement muette, puis une phase de révélation, où les lésions d’eczéma de contact allergique vont apparaître. La phase de sensibilisation fait suite au premier contact avec un allergène chimique et permet le développement de cellules, appelées lymphocytes T, spécifiques de l’allergène. C’est lors d’une seconde exposition à ce même allergène, avec activation des lymphocytes T spécifiques, que se révèle l’eczéma de contact allergique caractérisées par l’apoptose (ou destruction) des kératinocytes et une inflammation locale.

Les types d’eczémas de contact irritatifs et les eczémas de contact allergique sont néanmoins liés

Dans les eczémas de contact irritatifs, l’altération de la barrière cutanée et le recrutement de cellules inflammatoires augmentent le risque de sensibilisation puis d’eczéma de contact allergique. Ceci se confirme en pratique, où l’on remarque que les personnes porteuses d’eczémas de contact irritatifs développent plus d’eczéma de contact allergique aux produits qu’ils manipulent que les personnes sans eczémas de contact irritatifs.

De plus, des résultats expérimentaux montrent que l’intensité de la réponse d’eczéma de contact allergique est directement proportionnelle à l’irritation cutanée (eczémas de contact irritatifs) induite par contact avec des substances chimiques lors de la sensibilisation.

Le diagnostic d’eczéma de contact est clinique

Le diagnostic d’eczéma de contact est clinique : il s’agit de lésions prurigineuses qui évoluent en 4 phases :

  • Phase érythémateuse, parfois associée à un œdème (gonflement).
  • Phase vésiculeuse, caractérisée par de multiples vésicules à liquide clair surmontant l’érythème.
  • Phase suintante, par rupture des vésicules, spontanément ou après grattage.
  • Phase croûteuse et desquamative, peut précédé la guérison sans cicatrice. Mais en absence d’amélioration, l’évolution chronique est marquée par des plaques lichénifiées et/ou fissuraires.

Les lésions peuvent être diffuses, ou groupées en plaques. Dans leur forme typique, les eczémas de contact irritatifs et les eczémas de contact allergique ont des caractéristiques spécifiques. Les eczémas de contact irritatifs sont d’apparition rapide et ne débordent pas au-delà des zones de contact avec l’agent irritant. Classiquement, il existe une sensation de brûlure. En cas d’exposition chronique, on peut constater une sécheresse cutanée, des crevasses et une disparition des empreintes digitales. Les eczémas de contact allergique seront associés à des lésions pouvant s’étendre au-delà de la zone de contact et à un prurit souvent majeur.

Suite de l’article dans l’Eczéma Magazine numéro 8, le magazine de l’Association.

 

Comments are closed.